Je Cultive Les Orchidées

Category: Orchidées terrestres

Comment multiplier votre collection de Calanthe par 4 !

Voici une petite vidéo montrant comment multiplier sa collection de calanthe à pseudobulbes par 4 !

Cette opération s’effectue à la fin ou au début de saison, c’est-à-dire en automne ou au printemps.

  • Séparer le nouveau pseudobulbe de l’ancien (opération habituelle)
  • Casser les pseudobulbes au niveau du creux, pour séparer la base du sommet.
  • Laisser sécher la blessure et replanter les deux parties de chaque pseudobulbe dans un substrat neuf.
  • Arroser aux beaux jours, lors que les températures sont clémentes et que la végétation reprend.

Voilà, vous avez multiplié vos calanthe à bulbes par 4. Sachant que chaque pseudobulbe peut produire une nouvelle pousse plusieurs années consécutivement avant de s’épuiser, vous aurez très vite une collection importante.

camanthe cardioglossa Comment multiplier votre collection de Calanthe par 4 !

N’hésitez pas à partager vos expériences pour avec les calanthe dans les commentaires.

Ophrys araignée en fleur.

Dans un article de l’automne dernier je vous avait montré le réveil des bulbes d’Ophrys. Tout l’hiver ces petites plantes ont poussé. Depuis, les petites rosettes de feuilles se sont développées comme le montre la photo de gauche et une tige florale est apparue en son centre.

ophrys feuilles Ophrys araignée en fleur.

Les fleurs des premiers ophrys de la saison sont apparus. Ce sont les ophrys araignées. Il en existe plusieurs formes ophrys : sphegodes, araneola ou aranifera. Celui sur la photo ci-dessous est sensé être un ophrys sphegodes, mais les différences sont souvent à la marge et il faut être un spécialiste pour les différentier.

ophrys araignée Ophrys araignée en fleur.

Si vous pouvez vous procurer un bulbe d’ophrys sur ebay par exemple. La culture n’est pas simple. Il faut les cultiver dans un mélange minéral très drainant, mais qui reste humide. Ici, c’est du seramis, mais un mélange de sable et de terre convient. Le milieu doit plutôt être alcalin (calcaire). Évitez donc la tourbe, la terre de bruyère et les excès de matière organique.

Pour l’engrais j’utilise un engrais foliaire à base de poisson comme pour les autres orchidées. Il sent vraiment mauvais, mais est très efficace.

La floraison est très courte. Il faut alors être vigilant et arroser parcimonieusement sinon les bulbes pourrissent. Ensuite, je les retire, les laisse sécher à l’ombre pendant quelques jour, puis je les mets dans un sac pastique jusqu’à l’automne prochain. Le démarrage de petits germes donne le signal du rempotage.

Plus intéressant encore est l’observation des orchidées de nos régions in situ. J’ai remarqué des Barlia Robertiana en fleur, signe que la saison des orchidées sauvages commence. Dans de prochains articles, nous verrons les orchidées d’Europe dans la nature et leurs modes de reproduction (torride icon smile Ophrys araignée en fleur. ).

N’hésitez pas à nous parler des orchidées de vos régions.

Stenoglottis Woodii

stenoglottis 300x285 Stenoglottis WoodiiAvec l’allongement des journées, les orchidées commencent à sortir de leur léthargie. C’est le cas de certaines orchidées terrestres dont le stenoglottis Woodii.

Pourquoi s’intéresser à une orchidée qui ressemble à un pissenlit avec des fleurs minuscules et en grappe comme celles des orchis ? Peut-être parce que c’est une des orchidées terrestres les plus résistante et les plus vigoureuse que je connaisse. Et ça fait plaisir de voir prospérer une plante sans avoir rien à faire ou presque.

Au départ, c’était une racine maigrichonne acquise sur ebay, sans feuille, un peu comme celles des pissenlits. Elle a donné une rosette de feuilles puis d’autres pousses sont apparues et en fin d’été, une grappe de fleurs a émergé du centre. Je pense qu’un gros pied comportant plusieurs hampes doit être vraiment joli. A l’automne, les feuilles sèchent pour un repos assez court au sec.

Depuis quelques semaines, le cycle vient de reprendre. Quatre points verts sont visibles sur le pot du Stenoglottis, mais gageons que d’ici l’automne, il y en aura beaucoup plus. D’ailleurs si certains sont intéressés, je le diviserai probablement en Septembre.

Le substrat pour ce Stenoglottis Woodii n’a rien d’exceptionnel. Il s’agit d’un mélange de sable de Loire,  de perlite, de séramis et de tourbe. J’ai un autre pied dans un autre mélange plus simple, il pousse aussi bien. Cette année je vais tenter la terre de jardin seule.

Voilà, bonne culture et à bientôt.

Pecteilis Sagarikii : l’orchidée canard.

pecteilis1 271x300 Pecteilis Sagarikii : lorchidée canard.

pecteilis sagarikii

Pecteilis Sagarikii est une curieuse orchidée terrestre qui ressemble avec son bec jaune, à un canard. C’est un genre proche des Habenaria.

Le cycle de culture : Pecteilis Sagarikii pousse à partir de tubercules assez gros et légèrement poilus. La pousse donne une à deux grandes feuilles rondes étalées sur le sol. Vers la fin du mois d’Août, une hampe florale pousse au centre de  la feuille et donne ces fleurs si particulières. La plante fane ensuite et un nouveau bulbe se forme sous terre. Il se réveillera qu’au printemps pour un nouveau cycle.

Le substrat : Le substrat doit être essentiellement minéral. Environ 80 % de matière minérale poreuse (sable, perlite, seramis, terre, billes d’argiles,…) et 20 % de matière organique (tourbe, terreau, terreau de feuille, terre de bruyère,…)

Arrosage et engrais : L’arrosage est délicat à deux périodes. Au début de la reprise de la végétation, car il ne faut par faire pourrir la jeune pousse et en fin de cycle, car le nouveau tubercule pourrit très facilement en terre s’il est mouillé trop longtemps. C’est une des difficultés : ne pas faire pourrir le tubercule. Lorsque la plante est « partie », il faut arroser copieusement avec de l’engrais. L’objectif étant d’avoir un tubercule plus gros que l’année précédente ou d’en avoir deux.

pecteilis2 215x300 Pecteilis Sagarikii : lorchidée canard.

pecteilis sagarikii

Conservation des tubercules : Lorsque la plante est sèche, on peut retirer les tubercules du pot et les conserver au sec, au frais et à l’abri de la lumière dans un sac de congélation. Deux écueils sont à éviter : faire pourrir le tubercule ou le faire sécher. Il n’y a qu’un seul oeil sur le tubercule. S’il sèche ou moisit, c’est fichu.

Ravageurs e problèmes : il faut faire attention au escargots qui ont vite fait de tondre la nouvelle pousse. Les fleurs et les feuilles sont très sensibles aux acariens et noircissent très vite. On peut le voir sur la photo.

 

Voilà, si vous avez des compléments d’informations, n’hésitez pas à les apporter.

Calanthe cardioglossa : floraison

camanthe cardioglossa 300x225 Calanthe cardioglossa : floraisonLa calanthe cardioglossa qui commençait sa hampe florale, est en fleur. Un peu tardivement par rapport à l’année dernière.

La floraison n’est pas très spectaculaire, mais elle est originale.

La culture est simple simple. Elle se cultive dans un substrat pour orchidées terrestres. Par exemple, du terreau ou de la terre de bruyère, mélangée à du sable, de la perlite ou de la vermiculite pour alléger le tout. On peut aussi utiliser de la sphaigne et des écorces de pins fines. Il faut arroser copieusement pendant toute la période de croissance, en apportant de l’engrais. Il faut la protéger du soleil direct et des vents violents.

A l’automne, les feuilles tombent et le pseudobulbe émet une hampe florale. Après la floraison, il faut attendre environ deux mois avant la reprise de la végétation.

Avant cela, on peut diviser les pseudo bulbes pour n’en garder qu’un seul par nouvelle plante.

Si vous aimer les plantes originales, qui fleurissent sans feuilles, avec des petites fleurs de 1 centimètre et un cycle de vie particulier, cette orchidée vous plaira. Si vous aimez surtout les grosses fleurs de cattleya, vous serez déçu.

La culture des calanthe à pseudobulbes

calanthe cardioglossa 286x300 La culture des calanthe à pseudobulbes

Calanthe cardioglossa

C’est le début de la floraison des Calanthe. Ci-contre Calanthe Cardioglossa commence à former sa hampe florale. D’ici peu elle sera en fleur et je ne manquerai de vous les montrer.

  • Mais où sont les feuilles ? 

Eh bien elle sont tombée.s Ce genre de calanthe est à feuillage caduque. Chaque année, une nouvelle pousse se développe sur le pseudobulbe de l’année précédente. A maturité, ver la mi septembre, les feuilles tombe et une hampe florale se développe à la base du pseudobulbe.

  • Comment les multiplie-t-on ?

Dans le pot, vous pouvez voir 3 pseudobulbes. A droite, tout ratatiné, le pseudobulbe d’il y a 2 ans. Au milieu, le pseudobulbe de l’an dernier et à gauche celui de cette année. J’ai tenté l’expérience de laisser les pseudobulbes dans leurs pots. Ce n’est pas probant, le nouveau pseudobulbe est plus petit que l’ancien.

Pour diviser les calanthes, il suffit de séparer l’ancien et le nouveau pseudobulbe pour doubler sa collection. Mais je vous donnerai une astuce pour en avoir encore avantage chaque année. J’essayerai de faire une petite vidéo.

  • Comment les cultive-t-on ?

La culture des Calanthe à pseudobulbes est très simple et très amusante (enfin moi elle m’amuse beaucoup)

Lorsque la nouvelle pousse démarre sur le pseudobulbe, il faut le déposer dans un pot sur un substat formé de bon terreau ou de tourbe aléger avec de la vermiculite, du sable, de la perlite, des petits morceau d’écorces etc. Un mélange d’écorce et de sphaigne marche également très bien. Au fond du pot, je mets de la pouzzolane, pour le poids et le drainage.

Il faut ensuite arroser modérément au début sans mouiller la pousse pour éviter qu’elle pourrisse, puis lorsqu’elle s’est implantée, arroser copieusement tous les deux ou trois jours lorsqu’il fait chaud. Apportez beaucoup d’engrais pour stimuler la pousse. Il faut que le nouveau pseudobulbe soit le plus gros possible.

La plante doit être mise à l’ombre et protégée des coups de vents.

A l’automne, les arrosages doivent être arrêtés. Les feuilles tombent, la hampe florale pousse et fleurit. On peut ensuite sortir les pseudobulbes du pot et les séparer pour augmenter sa collection.

Il faut les conserver dans un endroit sec pas trop chaud.

Voilà qu’en pensez-vous ? Avez-vous des expériences au niveau des calanthe ?

 

 

 

 

 

Les Spathoglottis affinis

spathoglottis affinis 300x225 Les Spathoglottis affinis

Spathoglottis affinis

  • Description : les spathoglottis sont sans doute les orchidées terrestres les plus faciles à cultiver. Certaines sont à feuillages caduques ,perdant leurs feuilles au cours de l’automne pour donner de nouvelles pousses au printemps. C’est le cas du spathoglottis affinis ou kimballiana représenté sur la photo ci-contre. D’autres conservent leurs feuillage ou une partie de leur feuillage toute l’année comme spathoglottis plicata (semi-caduque) ou .
  • La plupart des spathoglottis donnent des bulbes souvent aplatis c’est le cas du spathoglottis affinis.
  • Leurs fleurs sont dans les tons de jaunes, blancs ou roses.
  • Conseils : Les spathoglottis tels que affinis  poussent bien dans un mélange très organique. Certaine utilise du terreau de jardin pur. Pour ma part, j’utilise du terreau ou de la tourbe mélangée avec du sable ou de la perlite pour éviter que substrat ne se tasse trop.
  • Les spathoglottis nécessitent une bonne luminosité en évitant le plein soleil. Un peu de soleil direct le matin ou le soir peut leur être bénéfique. Évitez toutefois les rayons de la mi-journée en été qui risquent de brûler les feuilles et ralentir leur croissance.
  • Dés que la plante est établie et pousse bien, conservez le substrat humide et apportez régulièrement de l’engrais. Les grains d’osmocote sont une solution pour apporter de l’engrais sans excès et sans contraintes. Les spathoglottis sont gourmand. N’hésitez pas à les nourrir pendant toute leur période de croissance.
  • Les spathoglottis affinis fleurissent juste après après la chute des feuilles. Une tige émerge sous le bulbe et donne de jolies fleurs jaunes.
  • La multiplication est un jeu d’enfant. Les bulbes donnent à la fin de la saison un ou plusieurs bulbes qui pourront être sorti et conservés à l’abri ou laissés en place jusqu’au printemps prochain. Pour ma part, je les sors après la floraison et les conserve dans un petit sac de congélation à l’abri de la lumière et d’une chaleur excessive.

Voilà c’est tout, bonne culture !

Les ophrys se réveillent.

ophrys scolopax 400 300x225 Les ophrys se réveillent.

Ophrys scolopax ou bécasse

Connaissez-vous ces petites orchidées qu’on appelle les ophrys ? Elles poussent certainement près de chez vous, puisque ce sont des orchidées Européennes qui poussent surtout sur le pourtour méditerranéen, mais on en trouve un peu partout en France. C’est toujours un grand bonheur de trouver un pied d’ophrys sur le bord d’un chemin ou en bordure d’un sous-bois.

Il ne faut pas surtout pas les couper ou les déterrer, car elles sont pour la plupart protégées sur le plan national.

Si leur culture vous tente, certains producteur les proposent parfois à la vente comme phytesia. Je m’en suis procuré quelques bulbes ou plutôt tubercules sur ebay. Ils ont passé leur repos d’été à l’intérieur dans des sac de congélation fermé. En ce moment, ils commencent à « germer ».

ophrys bulbe 300x212 Les ophrys se réveillent.

ophrys bulbe

Le moment est venu de les remettre dans un pot. Ils se développeront cet hiver en formant une rosette de feuilles et fleuriront au printemps.

Dans un prochaine article, je vous montrai comment les planter et je vous expliquerai leur cycle végétatif. Peut-être même avec une petite vidéo.

N’hésitez pas à réagir sur cet article et à partager vos expériences, vos questions et vos conseils.