Pin It

Le paphiopedilum malipoense

paphiopedilum malipoenseDans la famille des paphiopedilum, malipoense appartient au sous genre des pavisepalum, comme armeniacum, micranthum, emersonii, hangianum, vietnamense et delenatii. Ces espèces proviennent d’Asie, notamment de de Chine. Certaines variétés ont été découvertes il y a seulement quelques années, ou redécouvertes comme delenatii dont Marcel Lecoufle possédait un unique pied avant de trouver un nouveau site.

Ce sous genre est caractérisé par de très grosses fleurs colorées roses, jaunes ou verts comme paphiopedilum Malipoense et Jackii (une variété de malipoense).

Malipoense possède un feuillage tesselé (marbré) rêche et légèrement poilu. Elle donne une impression de sécheresse apparente.

La fleur verte jaunâtre, assez grosse et ronde apparaît au bout d’une très longue tige florale. La floraison peut se faire attendre plusieurs mois après l’induction florale.

La culture du papiopedilum malipoense

 

  • Substrat de culture :

Papiopedilum malipoense apprécie davantage l’humidité que ses congénères. Un substrat retenant davantage l’eau sera donc le bienvenu.

Voici des exemples de substrats :

– petites écorces de pin + perlite

– petite écorces de pin + seramis

– petites écorces de pins et sphaigne hachée ou tronçonnée.

+ dans tous les cas un amendement calcaire, car l’espèce est alcalinophile, c’es-à-dire, qu’elle aime les milieux calcaires ou alcalins (basiques).

  •  Entretien :

Le paphiopedilum malipoense comme tous les sabots de vénus est une plante de sous-bois. Il ne tolère absolument pas le plein soleil. Il devra donc être placé dans un emplacement ombragé toute la journée.

La gamme de températures supportées est assez large. Il ne devrait pas vous poser de problèmes de ce côté là.

Des arrosages réguliers sont nécessaires tout au long de l’année, en les réduisant néanmoins en hiver.

Lorsque la fleur commence à sortir du feuillage, veiller à conserve le substrat humide et à lui apporter un maximum de lumière sans soleil direct, pour éviter de faire avorter la fleur.

Dernier conseil, recouvré légèrement le bas du pied pour éviter d’avoir des racines à nu. Cette précaution préservera les nouvelles racines de l’air trop sec.

Voilà, ce petit article sur paphiopedilum malipoense est terminé, s’il vous a plu, n’hésitez pas à le partager.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *