Le rempotage est une opération délicate, qui peut mener à des catastrophes, si elle est effectuée à une mauvaise période.

  • Quand sait-on qu’il faut rempoter ?  Il faut rempoter lorsque la plante déborde du pot ou si le mélange de culture est très dégradé et que les racines pourrissent. Les cattleya sont des orchidées sympodiales (plusieurs pousses). Les nouvelles pousses de développent sur une espèce de rhizomes et finissent tôt ou tard par sortir du pot. Les paphiopedilum est un autre exemple de nécessité de rempotage. Ils supportent mal les substrats dégradés. Il faut donc les remporter plus souvent : tous les deux ans en moyenne, en février-mars.
  • A quelle période de l’année rempoter ? Il n’y a pas de période précise pour rempoter. Il faut choisir une période où l’orchidée pousse vigoureusement et fait des racines. Le printemps ou le début de l’automne sont souvent les meilleures périodes pour rempoter. On préférera remporter en automne, les orchidées qui aiment la fraîcheur, comme les odontoglossum, les masdevallia, etc… Les paphiopedilum se rempotent au tout début du printemps lorsque les nouvelles racines poussent. Il faut éviter les rempotages hivernaux.
  • Comment procéder au rempotage ?
  1. Sortir l’orchidée de son pot.
  2. Retirer le maximum de mélange, sans blesser les racines saines.
  3. couper les racines mortes ou abîmées.
  4. Choisir un pot de même taille ou juste un peu plus grand.
  5. Ajouter un drainage fait de morceau de polystyrène au fond du pot (si nécessaire). On peut également ajouter du gravier ou des billes d’agile pour alourdir le pot et le rendre plus stable.
  6. Placer une poignée de mélange adapté (pas de terreau pour jardin !!!) préalablement humidifié, au fond du pot.
  7. centrer la plante et remplir avec le mélange de rempotage. Excentrer légèrement les plantes sympodiales (plusieurs pousses) comme les cattleya pour permettre aux nouvelles pousses de se développer sur un pus grand espace. Il est ainsi possible d’espacer les rempotages.
  8. Tasser légèrement et tapoter le pot sur votre support pour éliminer les vides trop importants.
  9. Pour un meilleur enracinement, maintenir la plante avec des tuteurs si elle n’est pas stable. Attendre quelques jours voir deux semaines avant de reprendre les arrosages
  • Que faire si je dois rempoter en hiver ? Si le rempotage est délicat, vous pouvez laisser la plante dans son pot et gratter avec un bâton le maximum de vieux mélange puis le remplacer par du neuf. Le traumatisme est alors moindre.
  • Des exemples de substrats que j’utilise : 

  1. Pour les cattleya, des écorces de pins pures, de calibre 10-25, sont suffisantes. Il est préférable de tremper les écorces ou de bien arroser au départ, car ce mélange est assez sec.
  2. Pour les phalaenopsis, un mélange d’écorces de pins 10-25 avec des morceaux de chips de coco convient bien. On trouve les chips de coco en jardinerie comme paillage, ils ont un fort pouvoir de rétention d’eau et peuvent être utilisés seuls. A défaut, découpez au sécateur quelques écorces plus finement pour augmenter la rétention d’eau ou ajoutez de la sphaigne ou de billes d’argile. Vous pouvez également utiliser des mélanges du commerce à condition de les couper pour moitié avec des écorces de pins car ils retiennent trop l’eau. 
  3. Pour les paphiopedilum, j’utilise un mélange de sphaigne et d’écorces de pin ou un mélange d’écorces de pin et de perlite, selon le genre de paphio. Vous pouvez également utiliser des écorces de pins et de la mousse de polyuréthane ou des billes d’agiles, tout dépend du paphiopedilum. N’oubliez pas d’ajouter une amendement calcaire indispensable pour beaucoup de paphiopedilum. Le plus simple est d’utiliser un mélange spécial paphiopedilum d’un producteur reconnu. En général, ils sont de bonne qualité. 
  4. Pour les cymbidium, les mélanges pour orchidées du commerce conviennent très bien. 
  5. Pour les orchidées à racines fines comme les oncidium, cambria, bulbophyllum etc, j’utilise de la sphaigne ou un mélange fin pour orchidées d’un producteur. Ce sont de petits éclats d’écorces de pins avec un peu de tourbe et des bille de polystyrène.Les écorces de pins, les chips de cocos et la sphaigne sont pour moi les meilleurs substrats de culture. La Sphaigne en particulier est un supports de culture de choix. Elle retient bien l’eau tout en donnant une bonne aération et facilite le rempotage, puisque la sphaigne s’enlève sans problème des racines. Il faut néanmoins éviter de la tasser. 
  6. Pour réaliser votre mélange, il suffit de trouver le bon équilibre entre rétention d’eau et aération pour les racines.

Compléments :

Vous pouvez rectifier le pH de ces mélanges grâce à un amendement calcaire. 6g/L pour les orchidées acidophiles, le double pour les autres.
Pour alléger le mélange, ajouter du polystyrène.
Pour le rendre plus humide, ajouter de la tourbe, de la sphaigne ou des billes d’argile. Chacun de ces matériaux ayant des avantages et des inconvénients.
Le charbon de bois est également utilisé pour assainir le mélange. Attention, jamais de charbon de bois du commerce ! Il est traité et toxique pour les orchidées.

Les fiches – Le blog – Les botaniques – Les terrestres